Tout n’est que nostalgie, je t’aime en noir et blanc

Tout n’est que nostalgie, je t’aime en noir et blanc

« Dans 10 ans tu repenseras à moi et tu regretteras de ne pas m’avoir aimé.»

C’est ce que tu m’as dit lors d’une soirée d’été. Je ne me souviens pas de ma réaction à ce moment-là, et ce qui était certainement des paroles anodines, pour me taquiner et me faire réagir est resté dans ma mémoire.

Je n’ai pas pris le temps d’écrire ces mots plus tôt. J’aurais voulu il y a quelques mois, mais le chagrin me minait et les mots me manquaient. A ce moment-là j’ai choisi de ranger notre histoire dans la bibliothèque de mes souvenirs. Je l’ai laissée prendre la poussière, en attendant d’avoir le courage de l’affronter. Aujourd’hui cela me parait plus facile, la blessure causée par ton absence a guéri, il n’en reste qu’une cicatrice sur ma peau et ce soir enfin, je me sens capable de la regarder et de la toucher pour sentir son léger relief sur ma peau claire, comme le vestige de ce qui restait de notre histoire.

Il aura fallu laisser passer l’orage de ma colère. Colère contre toi, contre moi-même surtout, contre l’incompréhension qui régnait entre nous et nos erreurs mutuelles. La pluie battante de ma rancœur envers ma propre personne est passée, c’est l’heure où je dois apprendre à me pardonner d’avoir agi de travers.

Je t’ai aimé. Je ne te l’ai jamais caché. Je te disais que mon futur était incertain, que j’ignorais où la vie me menait, mais en regardant devant, la seule chose qui se distinguait dans le brouillard de mon avenir, c’était ta présence. Je voulais que tu fasses partie de ma vie. J’avais besoin de ton amitié, de ton soutien, de tes mots, ceux que toi seul était capable de trouver.

Le problème est né d’un décalage immense entre la vision que tu avais de moi et la personne que je pense être. Ce que je n’ai jamais su faire, c’est te montrer que bien que nos personnalités soient à l’opposé, il aurait suffi d’aller au-delà des apparences pour voir que nous étions dotés de la même sensibilité, la même vulnérabilité et ce sentiment de solitude qui ne s’en va jamais tout à fait.

Je pourrais me souvenir de notre histoire comme celle d’un dialogue raté, d’un malentendu né de choses que nous avons été incapables de déceler, de formuler comme nous aurions dû. En regardant en arrière, c’est les pensées qui me viennent parfois. J’aurais voulu que mes sentiments pour toi fassent de moi quelqu’un de meilleur, mais ça n’a jamais été le cas. Je n’ai jamais su penser à ton bonheur avant le mien.

Je ne veux pas m’attarder sur tout ce qui a été de travers. Ce soir je me dis que j’aimerais garder de nous les plus belles images, les moments où nous avons su atténuer le chagrin de l’autre, les moments où on riait ensemble et nos discussions interminables, nos analyses de la vie et du monde qui nous entoure. J’ai envie de me souvenir de toi comme celui qui savait m’empêcher de tourner en rond, celui qui aura été ma béquille pendant des mois, des années, sans même se rendre compte à quel point j’en avais besoin, celui qui prenait sa voiture en pleine nuit pour venir me voir lorsque mon cœur avait du chagrin.

C’est triste de songer que le plus beau cadeau que je t’ai jamais fait c’est de te dire adieu. Ce n’est pas toujours facile d’accepter ton absence, j’ai parfois la tentation de vouloir t’atteindre et te demander de regarder en arrière, mais ce serait une erreur de plus. Accepter de n’être rien de plus qu’un souvenir, accepter d’appartenir au passé n’a pas été une chose aisée, mais j’apprends à m’effacer.

 

Il y a quelques jours, j’ai regardé ma cicatrice, pensé à ton absence et j’en ai conclu qu’il s’était passé la meilleure des choses qui pouvait nous arriver. Nous nous sommes oubliés.

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s