Si la procrastination était un royaume, je serai Reine.

Salut à tous,

J’ai pris la résolution de redonner un peu de vie à cet endroit qui est en train de sombrer dans l’oubli. Les derniers mois ont été plus qu’agités IRL, d’où le silence radio sur cet espace.

En vrac, mes dates Tinder se sont tous les deux soldés par des échecs. Avec le recul, j’arrive à rester optimiste et à voir cela comme ce que cela devait être à la base: une manière d’assouvir ma curiosité anthropologique.

Le premier DT (Date Tinder) semblait être le candidat idéal pour une romance de quelques mois. 28 ans, bossant dans la finance, diplômé d’une grande école, beau garçon, beaucoup d’humour et de la conversation. On s’est embrassés à la fin de notre deuxième rencard. D’autres rendez-vous se sont suivis, à siroter des bières dans des pubs et à se raconter nos vies. J’avoue (et je ne peux m’empêcher de penser à bouillondeluxure sur ce coup-là) je me suis demandé pourquoi un mec à priori tout à fait correct était célibataire, et encore plus, en recherche sur Tinder. L’explication était simple. Il n’était pas célibataire. Un soir où je pense qu’il est parti en weekend à l’étranger, je suis en boite de nuit avec des copines. Accoudé au comptoir du bar, je l’aperçois et me dirige vers lui. Il me fait la bise et me sourit d’un air crispé. “Y a ma copine qui est là.” Un peu éméchée je n’ai rien trouvé de mieux à dire que “Tu as une copine ? Les mecs vous êtes tous des connards”. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais il a ensuite désespérément tenté de rattraper le coup en m’envoyant des sms plus tard cette nuit-là pour m’assurer que mon opinion comptait pour lui et pour se justifier. J’ai l’impression d’être un cliché ambulant (http://cheekmagazine.fr/y-comme-romy/romy-idol-tinder-part-2/).

Je préfère vous épargner l’histoire de mon second DT qui s’est également soldée par un échec.

La vie reste pleine de rebondissements puisque je n’arrête pas les sorties. En vrac, je :

– me suis retrouvée dans un appart immense à l’est de la ville, avec plafond immensément haut, murs bétonnés donnant un aspect underground à l’endroit. A danser et boire avec des inconnus rencontrés en sortie de boite. C’était assez drôle et improbable.

– pensais naïvement aller à une soirée au thème “bal masqué”. Nous arrivons dans la boîte et là, nous éclatons de rire, en voyant des jeunes albâtres musclés danser complètement nus sur une table. Nous avons rapidement compris que nous étions en réalité dans une soirée libertine, où le masque était parfois le seul accoutrement de ces messieurs, où les gens dansaient dans des cages et où il y avait une salle dédiée au bondage et autres joyeusetés SM.

Ces épisodes peuvent paraitre anodins, et ce sont probablement des anecdotes isolées. Peut-être bien que je ne suivrais plus jamais des inconnus rencontrés en soirée et je ne retournerai jamais en soirée libertine (trop prude ?) mais je trouve cela intéressant. Une fois encore, curiosité anthropologique et j’en viens à m’interroger sur les normes, les préjugés… Ces expériences m’aident à réaliser que je ne suis pas aussi tolérante et ouverte que je le pensais et que j’ai encore un long chemin à parcourir dans ma quête de compréhension de l’être humain.

Au final, les vices et les travers des hommes, sont aussi ce qui caractérisent leur humanité. On nous dit bien souvent que personne n’est parfait, mais sommes-nous prêts à l’accepter ?

Je vous laisse méditer !

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s