Scooter, l’inconnu au vide-poche

Les filles, aujourd’hui j’ai envie de partager une anecdote avec vous.

Il y a 2 ans alors que je me baladais vers Place de Clichy, un type, que nous baptiserons Scooter afin de préserver son anonymat, s’apprête à démarrer en scooter (oui tout s’explique) s’arrête sur le trottoir afin de s’adresser à moi « Je fais une soirée chez moi samedi, ça te dirait de venir ? »

Bien évidemment, je décline son invitation.

1)      Je ne le connais pas

2)      En tant que fille overbookée j’avais déjà des choses de prévues ; )

Je m’apprête à continuer mon chemin mais il me tend sa carte de visite (soit…) pour m’inviter à le recontacter ultérieurement.

Je la mets de côté. Quelques jours plus tard, je me dis que si je continue à faire ma difficile, ça va devenir compliqué d’avoir des histoires à raconter. Allez, on arrête de faire la timorée et on accepte de prendre des risques. Je lui envoie donc un sms assez bateau du type « Alors la soirée chez toi ? »

De fil en messages échangés, je retrouve S. le type au scooter devant le cinéma des Champs Elysées. Type au scooter disais-je, et c’est là que ce détail se révèle important : il portait un casque lorsque je l’avais croisé à Place de Clichy… Je n’avais vu qu’un regard clair et là, je voyais tout son visage.

1)      Première impression : mais quel âge a-t-il ? (Précisons qu’à cette époque-là je venais à peine de souffler mes 23 bougies)

2)      Il ne me plait pas… Il a la silhouette lourde, les traits peu gracieux. Il n’est tout simplement pas à mon goût.

Nous sommes en avance pour le film, il m’emmène au Disney Store et se met en tête de trouver une peluche qui me ressemble. Finalement, il me dit que les princesses et Marie des aristochats, avec leurs yeux noirs bien dessinés lui font penser à moi. Mais moi je m’en fiche de ses compliments, je n’ai qu’une seule question en tête : Quel âge a-t-il bon sang ?

La réponse tombe : 14 ans de plus que moi. Je perçois de la gêne dans sa réponse, il doit bien se rendre compte que notre différence d’âge risque de me poser problème.

Le reste du RDV n’a pas d’intérêt, si ce n’est la manière dont il s’est conclu.

S. le type au scooter travaille dans l’immobilier. Il achète des biens immobiliers, les rénove puis les revend. C’est un homme manuel qui aime la décoration et les travaux. D’ailleurs, il aimerait m’inviter chez lui. « J’aimerais te montrer mon vide-poche, je l’ai fabriqué moi-même »

Rien que pour cette pick-up line mémorable S. merci de m’avoir invitée au cinéma.

Invitation déclinée donc (tiens, appelons ça une déclination, ah non mince, ce mot existe déjà).

Chacun rentre chez soi. Arrivée chez moi, un coup d’œil à mon portable : non je n’hallucine pas, S. alias Scooter m’avait envoyé 3 messages en l’espace d’un quart d’heure.

Moralité : Fuyons les types en scooter lorsqu’on ne les a pas vus sans leur casque. Ou apprenons leur la règle des 3 jours (Elle sera évoquée plus tard.)

Elisa

Advertisements
This entry was posted in ADD (another dating disaster) and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s